Revue de presse Santé & Société : vaccins et conséquences.

Dans l’émission de Canal + Le Supplément du 20/04 (http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-supplement/pid6585-le-supplement-politique.html?vid=1057152&sc_cmpid=TWShare via @Lesupplement), un reportage a été consacré à une avocate qui mène un combat judiciaire pour ses clientes qui s’estiment « victimes » du vaccin GARDASIL.

Chère Camille… jeune étudiant en droit à Paris 8, j’avais apprécié votre cours sur les droits des patients, j’avais également apprécié les qualités humaines de l’enseignante. En visionnant ce reportage, je suis triste. Triste car on tente de nous « vendre » l’image d’une « Erin Brockovich » à la française, cette inlassable pourfendeuse de toutes les injustices planétaires. Le personnage composé est sympathique au premier abord.

Mais il faut savoir pousser un peu plus loin l’analyse. Vous défendez vos clientes qui s’estiment victimes. C’est votre métier en tant qu’avocate. Mais on ne peut laisser croire que c’est un combat pour le « bien public ». Les vaccins ont largement contribué à faire reculer la mortalité de causes infectieuses. Si nous sommes si nombreux à vivre si longtemps et en bonne santé, c’est largement grâce aux vaccins. En l’état actuel de la science, c’est également le cas pour le vaccin mentionné. « L’état actuel de la science », notion difficile à cerner. Les savoirs évoluent, progressent, et parfois prennent des trajectoires surprenantes, il est vrai. Une de vos clientes suspectent être l’objet d’une expérimentation. Il faudra lui expliquer le processus de mise au point d’un nouveau médicament ou d’un nouveau médicament. Les effets ont déjà été évalués bien avant la commercialisation et la « balance bénéfices/risques », autre notion difficile à cerner, a été jugé favorable… en l’état actuel des connaissances.

Ce qui est inquiétant d’un point de vue de santé publique, c’est que les vaccins sont régulièrement malmenés. Je vous recommande ici la lecture d’un article scientifique intéressant publié dans le numéro de mai de Social Science & Medicine, intitulé « Attitudes to vaccination: A critical review. » 

Faut-il rappeler que la variole a été éradiquée grâce à la vaccination ? Faut-il rappeler que le vaccin contre l’hépatite B a été l’objet d’un campagne similaire sans que jamais aucun lien scientifique ne puisse être mis en évidence de manière incontestable ? Quel avocat est prêt a défendre ces patients qui ont contracté l’hépatite B alors, que si la politique de vaccination n’avait pas été contrariée par ces allégations, ils l’auraient peut-être évité? La souffrance de ces malades, qui auraient pu ne pas l’être, qui s’en occupe? 

Cette campagne judiciaire contre les vaccins, relayée par les médias, n’est pas sans conséquence. Chère Camille, vous faites votre travail et vous le faites très bien, je n’en doute pas. Cependant on ne peut laisser croire que vous défendez la « Santé publique », vous ne défendez que les intérêts de vos clientes. Grâce au travail des chercheurs, un lien sera peut-être, un jour, mis en évidence entre les pathologies présentées par vos patientes et la vaccination, dans ce cas vous aurez été une lanceuse d’alerte. Si ce n’est pas le cas, vous vous serez trompé de combat. De Don Quichotte à Erin Brockovich le chemin peut être long.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s